dépêcher


dépêcher

dépêcher [ depeʃe ] v. tr. <conjug. : 1>
• fin XVe; despescher autre sens, XIIIe; de dé- et rad. de empêcher
1Envoyer (qqn) en hâte pour porter un message. expédier. Dépêcher un messager. Il m'a dépêché auprès de vous pour avoir votre réponse.
2SE DÉPÊCHERv. pron.(1490)Cour. Se hâter, faire vite. s' empresser, se hâter, se presser; fam. se dégrouiller, se grouiller, se manier, speeder (cf. Faire fissa). Il s'est dépêché de finir. Dépêchez-vous. « leste comme un perdreau, elle trotte, elle se dépêche » (A. Daudet).
⊗ CONTR. Lambiner, traîner.

dépêcher verbe transitif (de empêcher) Littéraire. Envoyer en toute hâte : Dépêcher un ambassadeur dans les pays arabes.dépêcher (synonymes) verbe transitif (de empêcher) Littéraire. Envoyer en toute hâte
Synonymes :
- expédier

dépêcher
v.
d1./d v. tr. Envoyer (qqn) en hâte. Le gouvernement a dépêché un chargé de mission.
d2./d v. Pron. Se hâter. Dépêchez-vous, ou vous serez en retard!

⇒DÉPÊCHER, verbe trans.
A.— Accomplir une tâche avec rapidité ou précipitation afin d'en finir ou de s'en débarrasser (cf. expédier). Dépêcher un travail :
1. D'un geste précis, en femme qui a l'habitude de dépêcher la besogne pour aller travailler à l'usine, madame Julien s'empara du bagage de Pauline, le porta dans la chambre et sortit aussitôt.
CHARDONNE, Les Destinées sentimentales, Porcelaine de Limoges, 1936, p. 24.
P. ext. et souvent fam. Faire vite quelque chose. Dépêcher un discours; un écolier qui dépêche ses devoirs; dépêcher ses prières, son chapelet, dépêcher une messe. Enfin s'il dort..., il dort vite, dépêchant son sommeil comme il dépêche sa vie (BALZAC, Œuvres div., t. 2, 1850, p. 223).
Dépêcher son repas. Manger vite.
P. anal. Dépêcher qqn. L'abbé Fulcran, assis sur la planchette du confessionnal, dépêchait ses dévotes, accourues en grand nombre aux approches de l'Assomption (FABRE, Norine, 1889, p. 187).
♦ [En parlant d'un mauvais médecin dont beaucoup de clients meurent ou sont morts] Il en a beaucoup dépêché (Ac. 1835-78). Je regrette bien de n'être pas médecin comme le Docteur Bretonneau, j'irais de ce pas en Perse ou en Chine et je vivrais tant que j'aurais des malades à dépêcher (MÉRIMÉE, Lettres ctesse de Boigne, 1870, p. 6).
Expr. fig. et fam. Travailler à dépêche compagnon. Travailler négligemment et trop vite. C'est un ouvrage fait à dépêche compagnon (Ac. 1835-78). Se battre à dépêche compagnon. Se battre sans quartier pour dépêcher l'adversaire dans l'autre monde. Patientez un peu, repartit Charette, nous y entrerons ensemble. C'est l'affaire de quelques jours. Nous nous battrons à dépêche-compagnon et la ville sera prise en deux jours (MORAND, P. de Saligny, 1947, p. 166).
Cour., emploi pronom. Se dépêcher de + inf., vers qqc. Synon. se hâter. [Je] me suis dépêché vers l'antichambre (GIDE, Journal, 1912, p. 385) :
2. ... mes jours s'écoulaient, et j'étais effrayé de leur vitesse, et je me disais : — dépêche-toi donc d'être heureux! Encore un jour, et tu ne pourras plus être aimé.
CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 796.
Emploi abs. Les canonniers, devant nous, se dépêchaient comme des forcenés (ERCKM.-CHAT., Conscrit 1813, 1864, p. 127).
P. ell., fam. — Monseigneur, sa majesté, ou camarade. Appelle-moi comme tu voudras. Mais dépêche. Qu'as-tu à dire pour ta défense? (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 102).
B.— Dépêcher qqn à, auprès de, vers qqn.
1. Envoyer à quelqu'un. Dépêcher un courrier, un émissaire. Antonio fut dépêché en courrier à la brodeuse du portrait (CHATEAUBR., Mém., t. 4, 1848, p. 369) :
3. Dare-dare, il dépêche vers le navire qu'il présume contaminé la barque du pilote et quelques hommes, avec l'ordre pour le Grand-Saint-Antoine d'avoir à virer de bord tout de suite, et de faire force de voiles hors de la ville, sous peine d'être coulé à coups de canon. La guerre contre la peste.
ARTAUD, Le Théâtre et son double, 1938, p. 20.
Emploi abs. On a dépêché à Rome (Ac. 1835-78).
2. Péj. fam. Dépêcher qqn dans l'autre monde; dépêcher un adversaire. En finir avec quelqu'un en le tuant. Il eût préféré dépêcher son rival lui-même, sans la supériorité de Sigognac à l'escrime (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 353).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. dépêchement, rare et vieilli. Action d'envoyer une dépêche; action de dépêcher quelque chose ou quelqu'un; spéc. synon. de envoi à la mort. Des hommes d'un grand nom ou d'un haut rang scientifique, ne craignirent pas de louer le dépêchement du prince (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 173; cf. également RHEIMS 1969).
Prononc. et Orth. :[] ou p. harmonisation vocalique []; (je) dépêche []. Enq. :// (il) dépêche. Ds Ac. 1694 et 1718, s.v. depescher; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. Étymol. et Hist. 1. 1er quart du XIIIe s. pronom. « se délivrer, se libérer (de quelque chose) » (RECLUS DE MOLLIENS, Miserere, 29, 6 ds T.-L.); 1225 trans. (Grand reg. de l'hostel de ville de Douai, N, f° 5 r°, Arch. mun. Douai ds GDF.); 2. ca 1462 « se débarrasser de quelqu'un en le tuant » (Cent Nouvelles Nouvelles, éd. Fr. P. Sweetser, 75, 94 : luy bouter la hart au col pour le despescher); Ac. 1835 note ce sens comme fam.; 3. ca 1490 « en finir rapidement (avec quelque chose ou quelqu'un) » (Recueil de farces fr. inédites du XVe s., éd. G. Cohen, p. 27 : Il despecheoit tout à deulx motz); ca 1490 pronom. « se hâter » (ibid., p. 202); 4. fin XVe s. « envoyer quelqu'un (ici des ambassadeurs) en toute diligence » (PH. DE COMMYNES, Mémoires, éd. J. Calmette, t. 1, p. 102); 5. 1681 [éd.] « envoyer des dépêches » (VAUGEL., Q.C., 395 ds LITTRÉ). Formé comme anton. de empêcher; préf. dé-. Fréq. abs. littér. :1 229. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 190, b) 2 523; XXe s. : a) 2 176, b) 1 547.
DÉR. Dépêcheur, euse, subst., peu usité. Celui, celle qui fait rapidement quelque chose. L'homme de sport, (...) grand dépêcheur de bouteilles (L. DAUDET, Idées esthét., 1939, p. 183). Fam. [P. allus. littér. à l'expr. créée par Rabelais]. Un beau dépêcheur d'heures. Moine qui dit ses prières avec hâte et sans dévotion. Ce moine, jeune, galant, aventureux, « bien fendu de gueule, bien avantagé en nez, beau dépêcheur d'heures, beau débrideur de messes, beau décroteur de vigiles » (SAINTE-BEUVE, Tabl. poés. fr., 1828, p. 272). 1res attest. 1534 « celui qui expédie à la hâte une besogne » depescheur d'heures (RABELAIS, Gargantua, éd. R. Calder, chap. 25, p. 168), repris au XIXe s. 1838 (Ac. Compl. 1842); du rad. de dépêcher, suff. -eur2. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. — LANDIN (E.). Ét. sur les constr. de certains verbes exprimant la prière, la hâte et la nécessité en fr. (Thèse. Uppsala. 1938). — QUEM. 2e s. t. 2 1971 (s.v. dépêchement).

dépêcher [depeʃe] v. tr.
ÉTYM. Déb. XIIIe; despescher, v. 1462; de 1. dé-, et empêcher.
1 (Fin XVe). Vx. Envoyer (qqn) en hâte pour porter un message. Envoyer, expédier. || Dépêcher un courrier, un messager. || Il m'a dépêché auprès de vous pour avoir votre réponse.
1 Ajoutez à cela les courses de ce même laquais dont je vous ai parlé, que mon fils dépêche quatre fois par jour et avec qui, quand il revient, il a toujours de fort longs entretiens.
Marivaux, Vie de Marianne, IV.
Fig. Vieilli ou littér. Se débarrasser rapidement de qqn; en finir avec lui. Expédier (fam.). || « Il a dépêché ses visiteurs » (Académie). — ☑ Loc. fam. (V. 1462). Dépêcher qqn dans l'autre monde. Tuer. Pron. (Rare). → ci-dessous, cit. 3.1.
2 (…) il n'est pas de ces médecins qui marchandent les maladies : c'est un homme expéditif, expéditif, qui aime à dépêcher ses malades (…)
Molière, Monsieur de Pourceaugnac, I, 5.
3 (…) une vieille tante qu'un grand médecin dépêcha dans l'autre monde (…)
Voltaire, l'Homme aux quarante écus, V.
3.1 (…) car, veux-tu me le dire, pourquoi serait-il revenu là sinon pour elle ? Parce qu'il me semble que pour se dépêcher soi-même dans l'autre monde cela peut aussi bien se faire n'importe où, comme on dépose une ordure derrière le premier buisson venu, parce que je ne pense pas qu'il soit très nécessaire dans ces moments-là de disposer d'un confort spécial (…).
Claude Simon, la Route des Flandres, p. 193.
2 (V. 1490). Littér. ou style soutenu. Faire promptement, hâter l'exécution de (une chose). Activer, bâcler, expédier, hâter, presser. || Dépêcher son travail. || Dépêcher son repas.Dépêchez ce que vous avez à faire.Absolt (ou intrans.). || Dépêchez : hâtez-vous. || Allons, dépêchons ! (syn. marqué de : se dépêcher).
4 — Dépêchez. — Faites tôt, et hâtez nos plaisirs.
Molière, les Femmes savantes, III, 1.
5 Je dépêchais mes devoirs avec une sorte de verve endiablée, trouvant du talent dans le désarroi de mes nerfs trop vibrants.
Paul Bourget, le Disciple, IV, II, p. 139.
Loc. fam. Vx. À dépêche compagnon : trop vite et avec négligence. || Travailler à dépêche compagnon.
——————
se dépêcher v. pron.
(V. 1490). Mod et cour. Se hâter, faire vite. Empresser (s'), hâter (se), presser (se); diligence (faire), vite (faire vite); fam. décarcasser (se), grouiller (se), manier (se). || Se dépêcher de faire qqch. || Il s'est dépêché d'en finir. || Dépêchez-vous.REM. Le pronominal, seul usage courant du verbe en français contemporain, est relativement détaché du verbe transitif.
6 (…) en se dépêchant trop, on ne fait rien qui vaille.
Voltaire, Lettre à d'Argental, 18 oct. 1776.
7 Et, leste comme un perdreau, elle trotte, elle se dépêche.
Alphonse Daudet, Contes du lundi, « Les mères ».
CONTR. Empêcher. — Arrêter, garder, retenir. — Ralentir, retarder. — Lambiner, traîner.
DÉR. Dépêche, dépêchement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dépêcher — DÉPÊCHER. v. a. Expédier, faire promptement, hâter. Il faut dépêcher cet ouvrage. Il faut dépêcher besogne. Ce dernier est familier. Dépêchez ce que vous avez à faire. On dit aussi absolument, Dépêchez, dépêchons; et dans l acception dont il s… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • dépêcher — (dé pê ché) v. a. 1°   Faire promptement, hâter l exécution d une chose. Dépêchez ce que vous avez à faire. Il dépêcha ses petites affaires.    Absolument. Se hâter. •   C est trop perdre de temps à souffrir ces discours ; Dépêche, Octavian, CORN …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉPÊCHER — v. a. Expédier, faire promptement, hâter. Il faut dépêcher cet ouvrage, cette besogne. Dépêchez ce que vous avez à faire. Absolument, Dépêchez, dépêchons. Il est familier.  Il s emploie aussi avec le pronom personnel, et signifie, Se hâter.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DÉPÊCHER — v. tr. Envoyer quelqu’un en hâte avec des ordres, une commission. Dépêcher un courrier en Italie. Il signifie aussi Se débarrasser vite de quelqu’un après en avoir fini avec lui. Il a dépêché ses visiteurs. Par analogie, Dépêcher son ouvrage, sa… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • dépêcher — vt. , envoyer dépêcher rapidement // tout de suite : mandâ dabò (Albanais.001). A1) se dépêcher, se presser, se hâter, s agiter, s affairer ; se dépêcher // se hâter dépêcher de finir /// de partir ; être expéditif : dépashî vi. (001), S(E)… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • se dépêcher — ● se dépêcher verbe pronominal Se presser, se hâter de faire quelque chose, le faire vite : Dépêche toi de finir tes devoirs. ● se dépêcher (synonymes) verbe pronominal Se presser, se hâter de faire quelque chose, le faire vite Synonymes : se… …   Encyclopédie Universelle

  • hâter — [ ate ] v. tr. <conjug. : 1> • haster 1080; de 2. hâte 1 ♦ Littér. Faire arriver plus tôt, plus vite. ⇒ avancer, brusquer, précipiter, presser. Hâter son départ. « L émotion précoce, qui hâte l éveil de l intelligence » (Montherlant). 2 ♦… …   Encyclopédie Universelle

  • courir — [ kurir ] v. <conjug. : 11> • curir 1080; a remplacé l a. fr. courre, lat. currere → courre I ♦ V. intr. A ♦ (Êtres animés) 1 ♦ Aller, se déplacer rapidement par une suite d élans, en reposant alternativement le corps sur l une puis l autre …   Encyclopédie Universelle

  • dépêche — [ depɛʃ ] n. f. • 1671; « lettre patente » 1464; de dépêcher 1 ♦ Lettre concernant les affaires publiques. Une dépêche diplomatique. 2 ♦ Communication transmise par voie rapide. ⇒ avis, lettre, message, missive. Anciens porteurs de dépêches. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • manier — [ manje ] v. tr. <conjug. : 7> • XVIe; maneier 1165; de main I ♦ 1 ♦ Vx Tâter, palper. 2 ♦ Façonner, modeler avec la main. « manier la glaise et réaliser la maquette » (Balzac). ♢ Pétrir (de la farine et du beurre). P. p. adj. Beurre manié …   Encyclopédie Universelle